Portrait de Anne-Laure de Sarrau

MOOC, CLOM ou CLOT

Mon MOOC à moi. 3. Veille et recherche d’information...

Par Anne-Laure de Sarrau. Le 1 Novembre 2013

0

CHRONIQUE

.. ou « À force de veiller, je me suis endormie »

Curieux processus cognitif que le mien : je n’ai pas potassé le sujet. Avais-je peur d’être déçue? De ne pas débloquer assez d’heures pour explorer le contenu des tiroirs ? Angoisse de réaliser (encore une fois) que plus je sais, plus je sais que je ne sais pas ? Pourtant, la veille, c’est mon truc, d'habitude.

Quoi qu’il en soit, j’ai été un chouïa déçue par ce webinaire. Sans doute aurait-il mérité plus d’interaction entre les animateurs ou un plan clairement établi, annoncé et suivi.

Pour commencer, on rappelle aux participants (parce que je ne peux pas croire qu’on leur apprenne) que la veille ne consiste pas tant à trouver l’information qu’à l’interpréter et la comprendre. En effet, il n’y a plus vraiment aujourd’hui de problème de mise en lien alors que se pose celui de la valeur ajoutée puisqu’on produit plus que ce que l’on est capable d’assimiler.

Et à l’opposé de ces gnomismes énoncés pendant la majeure partie de la conférence, presque en apparté, François Guité lâche tout à coup qu’il utilise IFTTT et ZITE. J’ai retenu du premier qu’il est assez peu connu, mais qu’il  est un agrégateur puissant dont l’intérêt principal est de tout regrouper à un même endroit. Du second, il semble que ce serait l’outil de veille exploratoire par excellence qui s’appuie sur nos habitudes de veille pour nous suggérer d’autres contenus ciblés. À explorer... avec un peu de temps.  Cela dit, étant donné le dynamisme des Itypiens, j’imagine bien que certains auront dégrossi le boulot. ;-)

En attendant de vampiriser leurs découvertes, je suis allée voir ce qu’il en était sur le site et ai joué le jeu des « devoirs ». Tout d’abord, présenter une ressource traitant de la veille, de la recherche documentaire ou de la curation qui nous plaît. Ensuite, témoigner  de son expérience de la veille et de la recherche sur Internet par une présentation générale ou une anecdote. Enfin, analyser la problématique de la veille pour apprendre.

Je me suis soumise aussi à l’étape brainstorming (je cite le site), consistant à lister et à donner notre avis sur les outils de veille que nous connaissons. J’ai trouvé l’outil (Tricider) aussi intéressant que le résultat des avis (attention : autodestruction de ce lien le 12 décembre ! Boum.) En effet, Ô surprise, Twitter est l’outil préféré des répondants, suivi par Scoop.it et, loin derrière, Diigo. Plus les jours avancent, plus on découvre de nouveaux outils commentés (un peu moins grand public, d'ailleurs).

Tout est là pour encourager le participant à s’engager, à participer, à collaborer. C’est stimulant, mais finalement, chez ITyPA, au risque de paraître vieux jeu, le meilleur outil de veille est la lettre quotidienne. C’est une sorte de plan d’orientation en papier prémâché qui permet de savoir tout savoir en allant à l’essentiel. En particulier, elle sélectionne les meilleurs liens trouvés par les participants et les meilleurs contenus qu’ils publient. Sinon, on peut toujours butiner blogues et forums un par un, mais c’est étourdissant tellement il y a de matière et, quand notre profession n’est pas « étudiant à plein temps » , on est obligé de rationnaliser le temps qu’on passe à se nourrir, tout papillon butineur qu’on soit !

Pour lire la suite... Mon MOOC à moi. 4. Identité numérique et publication en ligne

Pour lire l'article précédent : Mon MOOC à moi. 2. L'environnement d'apprentissage personnel

Vous devez être membre pour pouvoir commenter. - Devenez membre

Règles de nétiquette

Saisissez votre nom d'utilisateur.
Saisissez votre mot de passe.